mardi 3 juillet 2012

Consortium (18)

Le Consortium ne s'est pas formellement réuni depuis le précédent communiqué, la prochaine réunion est prévue pour la mi-septembre, à Djakarta ou Singapour.

Mais nous étions quelques-uns à Berlin vendredi dernier, à l'occasion du sommet européen qui a une fois de plus sauvé l'euroland. 

Que nos associés se rassurent, rien de nouveau sous le soleil : le dollar US ne sera pas détrôné. 

En effet, il a principalement été décidé de soutenir les banques par un fonds européen (je traduis à la hache ce qu'emberlificotent les communiqués). 
D'où viendra l'argent de ce  fonds (MES) ? Des états et du marché, les états restant les garants des sommes levées sur les marchés (et donc empruntés aux banques in fine). Ce tour de bonneteau se reportera finalement sur les contribuables européens, au prix d'une réduction de le dette des états -et des prestations sociales (c'était une trop grande masse d'argent pour ne pas en profiter).
Joli "coup" institutionnel, l'intégration financière sera renforcée : les budgets nationaux passent sous tutelle européenne de leur conception à leur exécution (et avec des sanctions). Les citoyens européens n'auront plus leur mot à dire, mais il leur restera les questions sociétales : oui ou non au mariage gay, à l'adoption par les couples homosexuels, et autres fadaises.
L'Europe est-elle sauvée pour autant ? Cela dépend. Si l'on parle de l'euro comme monnaie commune et de la dette des états (qui vient de celle des banques), il sûr qu'un répit a été gagné. La question reste de savoir de combien de mois. Il faut guetter trois échéances : 
  • septembre-octobre 2012 : les "plans d'ajustement structurel" donneront leur pleine mesure en termes de chômage, de baisse de la consommation, et de baisse du PIB ;
  • novembre 2012 et le résultat des élections présidentielles aux USA : ce qui aura été contenu avant l'élection risque de lâcher brutalement ;
  • janvier-février 2013, quand les réformes européennes commenceront à entrer en oeuvre, et l'on aura droit à d'autres sommets "de la dernière chance", parce que les réels problèmes n'ont pas été abordés.
Il est fort probable que les USA reviennent en première ligne sous l'oeil des marchés, et l'on verra que les problèmes financiers de l'europe relèvent de l'anecdote. Toutefois le grand public, voire une grande partie des initiés qui paient à prix d'or de l'information, personne ne sera mis au courant de la situation économique réelle des USA. Sauf déflagration en novembre, juste avant ou juste après les élections. Mais il est plus probable que, comme d'habitude, même les quelques alarmes soient infiniment minorées par rapport à la réalité, et que l'on continue à "faire comme si" l'on maîtrisait la situation, alors qu'elle a déjà échappé à tout contrôle (les produits dérivés gérés par les cinq plus grandes banques d'affaires US représentent 7 fois le PNB planétaire : comment pourraient-elles le rembourser ,).

Amis et membres du consortium, vous pourrez sans doute faire de bonnes affaires dans les deux mois qui viennent, par de rapides allers-retours en bourse. Mais soyez prudents à l'automne.
Merci de votre attention.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire